Vous êtes ici

Colloque "Geste, théâtralité et anti-théâtre: La performance au-delà du spectacle?"

Date: 
14/10/2017

Colloque international: Performances/Scènes du réel #1 : "Geste, théâtralite et anti-théâtralité : La performance au-delà du spectacle ?"

Le 14 octobre 2017, 9h-18h, à l'Institut ACTE: Amphithéâtre / UFR d’Arts Plastiques et Sciences de l’Art
Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne, 45-47 rue des Bergers / 75015 PARIS / Métro Lourmel, Charles Michel ou Boucicaut

 

Présentation

Le terme « théâtralité » utilisé par Michael Fried dans son célèbre article « Art & Objecthood » pour critiquer un résidu de méthodologies théâtrales au sein de l’art minimal, renvoie aujourd’hui à une dimension artistique moins péjorative. Il mettrait en effet en lumière un principe clef de la performance : le processus propre à la performance prendrait sa forme au moment de son effectuation, et tiendrait compte de l’ensemble des paramètres en présence à ce moment là, dont le spectateur. Cet éclairage est cependant complexe et bien souvent paradoxal, car il ne résonne pas de la même manière en histoire de l’art, en danse ou en théâtre, il recouvre des champs et des objets différents. Peut-on par exemple adosser la théorie de Hans-Thies Lehmann à propos du théâtre postdramatique à celle de Michael Fried sur la notion de théâtralité, pour expliciter la notion de performance ? Comment comprendre l’injonction de nombre d’artistes, comme Allan Kaprow à placer des gestes supposés performatifs, comme les Happenings ou les Activities, dans une zone explicitement « non-théâtrale » ? Et plus généralement suffit-il de quitter le lieu dit « théâtre » pour abandonner la théâtralité ?

Croiser les méthodologies, comme les points de vue sur ce thème nous semble porteur d’innovations conceptuelles dans la mesure où notre objet de recherche : la performance, cristallise les termes de théâtralité et d’antithéâtralité, tant dans le champ du théâtre, de la danse que dans celui des arts plastiques, sans pour autant toujours recouvrir les mêmes productions ni les mêmes enjeux théoriques. La performance hérite donc de façon critique les méthodologies du théâtre, elle tente de s’en débarrasser pour sortir de l’idée du spectaculaire et s’approcher davantage de la vie réelle.

Avec : Christian Biet, Esa Kirkkopelto, Flore Garcin Marrou, Paola Ranzini, David Zerbib, Romina De Novellis, Jean-Philippe Antoine, Garance Dor et Roland Huesca.

Colloque organisé par Barbara Formis (MCF, Univ. Paris 1) en collaboration avec Aurore Desprès (MCF, Univ. Franche-Comté) et Sandrine Ferret (PR, Rennes 2).

 

Programme

Matin

8h45 : Accueil des participants

9h00 : Introduction par Barbara Formis, Aurore Després et Sandrine Ferret

9h30-11h Modération Sandrine Ferret (PR, Rennes 2)

9h30 : Garance Dor (comédienne et prof agrégée des arts Plastiques): "L’incorporation de la performance au théâtre"

10h15 : Flore Garcin-Marrou (MCF, Toulouse Jean Jaurès): "L’incorporation du théâtre dans la performance"

11h00 : Pause

11h15-13h : Modération : Paola Ranzini (PR, Univ. d'Avignon)

11h15  Christian Biet, (PR, Université Paris Nanterre, IUF): "Pour une extension du domaine de la performance (suite)"

12h00 : David Zerbib (HEAD Genève et Université de Paris 1): "Performance et répétition. A propos d’un critère interne de structuration du champ performantiel"

13h00 : Pause déjeuner

 

Après-midi

14h30-16h00 Modération : Aurore Després (MCF, Univ. Franche-Comté)

14h30 : Roland Huesca (PR, Univ. de Lorraine): "Autofiction ? La trame imaginaire du je."

15h15 : Romina De Novellis (artiste performeuse, doctorante à l’EHESS): "Straniamento et rites : sortir de la mise en scène sans quitter la théâtralité"

16h00 : Pause

Modération : Barbara Formis (MCF, Univ. Paris 1)

16h15 : Esa Kirkkopelto (PR, Univ. Helsinki): "Théâtre de gestes"

17h00 : Jean-Philippe Antoine (PR, Univ. Paris 8): "Moule, muse, méduse : reprise, geste et inappropriation"

17h45 : Conclusion suivie d’un cocktail 

 

Projet scientifique et étapes à venir

Ce colloque est le premier volet d’un projet scientifique intitulé Performances/Scènes du Réel qui vise à développer et à augmenter les réflexions et la mise en place d’un réseau national et international autour de la notion de performance conçue à la fois comme art, pratique, relation, objet et méthode de recherche dans les champs interdisciplinaires des arts, de l’étude des cultures, de la philosophie et de l’esthétique. La performance suppose une action jouée au présent qui implique une relation vécue entre le corps de l’acteur et celui du spectateur. Ce projet interroge cette relation à partir de trois notions qui sont abordées de façon critique : la théâtralité, le jeu, l’institution. Ces trois termes ont été choisis dans la mesure où ils concernent tant la performance dansée, que la performance théâtrale ou celle menée au sein des arts plastiques à partir des années 1960. Le rapport au spectateur, la place du jeu et le rapport à l’institution sont envisagés dans chacune de ces disciplines à partir des théories et des méthodologies qui leur sont propres. Il s’agit donc de croiser ces différentes approches, à partir de ces trois points d’ancrage, pour ensuite les interroger et les analyser de façon critique. Ainsi, la théâtralité peut être confrontée aux gestes de la vie ordinaire et à l’anti-théâtralité ; le jeu à l’acte performatif et l’institution à la subversion émancipatrice.

De façon plus générale, la performance est confrontée au monde réel, lui-même entendu comme une « scène » : interpellant de manière générique les concepts de « scène » et de « réel », il s’agit de manière plus programmatique d’engager les réflexions, débats et découvertes en réinvestissant de manière renouvelée et critique la « théorie de la performance » dans ses dimensions esthétiques et politiques.

Réunissant des chercheurs, théoriciens, artistes, critiques et acteurs culturels, le projet s’organise autour de trois équipes de recherche : l’équipe ESPaS (Esthétique de la Performance et des Arts de la Scène – Institut Acte, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; l’équipe Arts et Lettres – Laboratoire ELLIADD, Université de Bourgogne-Franche-Comté et le Département Arts en collaboration avec le pôle de recherche « Le corps de l’artiste » de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon (ISBA) ; l’équipe PTAC (Pratiques et théories de l’art contemporain), EA 7472, Université de Rennes 2, en collaboration avec Le Musée de la danse – (Centre Chorégraphique National) et Les archives de la critique d’art.

 

A venir en 2018

-       Performance/Scènes du réel #2 : Jouer ou performer : l’acte performatif en question

Lieu : Besançon UFR SLHS

Date : le 4 avril 2018 de 9h à 17 h + soirée performances dans le cadre d’Excentricités, Rencontres autour de la performance, ISBA à partir de 18h.

-       Performance/Scènes du réel #3 : Corps critiques, subversion et rapport à l’institution

Lieu : Rennes (Musée de la Danse)

Date : à confirmer