Vous êtes ici

L’île dans les dramaturgies européennes (17e-18e s.) : enjeux idéologiques, philosophiques et spectaculaires

Date: 
23/04/2020 - 24/04/2020
Date limite: 
15/10/2019

Le motif insulaire est un topos dramatique récurrent sur les scènes européennes des XVIIe  et XVIIIe siècles. Au XVIIe siècle, l’île entretient un lien privilégié avec la représentation du pouvoir politique en tant qu’espace symbolique idéalisé dans le cadre des fêtes de cours, comme dans Les Plaisirs de l’île enchantée, à Versailles en 1664. Au siècle suivant, elle devient laboratoire de pensée, prétexte philosophique pour réfléchir le monde sous la plume de Marivaux, moyen d’une représentation renversée des valeurs de la société d’Ancien Régime. On peut citer par exemple L’Île de Merlin ou le Monde renversé de Gluck et Anseaume (1753), adapté du Monde renversé de Lesage et d’Orneval (1718). Il Mondo alla roversa, opera buffa de Galuppi composé sur un livret de Goldoni, se situe sur une île et a fait l’objet d’une  résurrection sous la direction de Françoise Lasserre et dans une mise en scène de Vincent Tavernier, le vendredi 15 février 2019 à 20h30 à la Philharmonie de Paris. Du même Galuppi, on peut citer également L’Uomo femmina qui se passe sur une île, joue sur l’inversion des genres et sera remis en scène prochainement par Vincent Huguet sous la direction musicale de Vincent Dumestre. Dans cette même veine des utopies féministes, le répertoire français compte L’Île des Amazones de Lesage et d’Orneval et d’autres œuvres qui reflètent des enjeux sociétaux dans l’air du temps – Les Mal-Assortis (Dufresny, 1693), L’Île du divorce (Biancolelli et Romagnesi, 1730) ou L’Île du mariage (Carolet, 1733). Certains opéras-comiques plus « documentaires » de la fin du XVIIIe, prennent pour cadre exotique des îles réelles dont il conviendrait de mesurer la part fantasmatique (Elisa ou l’habitante de Madagascar, Grétry, 1799). L’île apparaît aussi comme un espace de contrainte ou d’exclusion pour contenir esclaves, naufragés, fous ou malades. Loin d’être un simple décor exotique, en tant que motif structurel, elle apparaît dans les divertissements d’opéras, mais aussi comme vecteur de renouvellement dramaturgique pour la comédie ou l’opéra-comique.

Quels sont dès lors les rapports que l’île entretient avec l’espace théâtral ? Que le théâtre de
société entretient avec l’imaginaire de l’île ? Quel est le rôle politique et social joué par les îles au XVIIe siècle et au siècle des Lumières ?
Ce colloque international pluridisciplinaire envisage d’explorer les enjeux dramaturgiques, philosophiques, politiques et esthétiques du motif insulaire sur les scènes européennes. De Scio à Naxos, en passant par Ceylan, Cythère, Madère, Macao ou Madagascar, il s’agira d’évaluer la spécificité de l’île dans la dramaturgie, de confronter le corpus dramatique aux réalités géographiques et anthropologiques de l’époque mais aussi de voir comment les metteurs en scène d’aujourd’hui s’emparent du corpus insulaire pour dire quelque chose de notre monde.
Plusieurs axes pourront ainsi être abordés, parmi lesquels :

  • insularité et théâtre de société
  • insularité et utopies / dystopies
  • insularité et dramaturgie épisodique
  • insularité et censure
  • insularité et utopies féministes
  • insularité et folie
  • insularité et divertissement
  • insularité et enchantement
  • insularité et espace de contrainte
  • iconographie insulaire
  • le rapport aux colonies
  • l’analyse sérielle et contextualisée de pièces prenant pour sujet Ariane, Télémaque, Sancho Pança, Robinson Crusoé serait aussi bienvenue. 

Les propositions de communication, assorties d’un résumé de 300 mots et d’une courte bio-bibliographie sont à envoyer à colloque.insulaire@gmail.com avant le 15 octobre 2019.

Comité d’organisation : Emanuele De Luca (Université Côte d’Azur), Andrea Fabiano (Sorbonne Université), Judith le Blanc (Université de Rouen) et Marie-Cécile Schang (Université de Bretagne-Sud)

 

Comité scientifique : Marie-Claude Canova-Green (Université de Londres), Manuel Couvreur (Université de Bruxelles), Sébastien Drouin (Université de Toronto), Ariane Ferry (Université de Rouen), Raphaëlle Legrand (Sorbonne Université), Frank Lestringant (Sorbonne Université), Sophie Marchand (Sorbonne Université), Marc Martinez (Université de Rouen), François Moureau (Sorbonne Université), Barbara Nestola (Centre de Musique Baroque de Versailles), Marina Nordera (Université Côte d’Azur), Marzia Pieri (Université de Sienne), Sylvie Requemora-Gros (Université Aix-Marseille)