Vous êtes ici

Lieux, espaces, territoires de cirque

Date: 
23/10/2019
Date limite: 
02/09/2019

Dans le cadre du 32ème festival de cirque actuel CIRCA et du 5ème Fresh Circus,coorganisé par Artcena, Circostrada et CIRCa, pôle national Cirque.

En partenariat avec Litt&Arts - UMR 5316 de l’Université Grenoble Alpes. 
 

Les activités du cirque sont, dès le départ, intimement liées à la question des lieux, des espaces et des territoires. D’abord proposé en plein air, le cirque s’installe rapidement dans des lieux bientôt identifiés comme des cirques en dur. Le cirque moderne à l’anglaise se diffuse ensuite rapidement en France, puis dans le reste de l’Europe et sur d’autres continents où il connaîtra diverses évolutions. Ce sont dans les grands espaces américains que naît le modèle du chapiteau itinérant, qu’adopteront la plupart des enseignes de cirque jusqu’à peu.

Le nouveau cirque, qui investit à ses débuts l’espace public, a vu ses lieux de diffusion se multiplier (chapiteaux, salles culturelles dites généralistes, pôle cirque, salles des fêtes, festivals des arts de la rue, etc.). Parmi eux, des espaces spécifiquement attribués au cirque, que ce soit pour des activités d’écoles, d’entraînement, de création ou de diffusion, ont modifié les modes d’apprentissage, les usages professionnels ainsi que les rapports aux publics (Guy, 1993 ; Lévy, 2001). Implantés en local ou d’envergure nationale, ils ne disposent pas des mêmes niveaux de reconnaissance professionnelle et/ou culturelle.

En 2006, le collectif de chercheur·e·s sur le cirque avait déjà organisé un premier temps d’échanges scientifiques autour des lieux du cirque. L’ambition était alors de mettre au jour leur diversité  et leurs implications en termes de mobilité professionnelle et de mode de vie. 

Afin d’approfondir cette réflexion, notamment autour de l’articulation entre lieux et territoires de cirque et en écho à la thématique proposée par Fresh Circus en cet automne 2019, le collectif souhaite organiser une nouvelle journée d’études, le 23 octobre 2019 (14-17h).

Diverses approches disciplinaires - économie, histoire, géographie, sociologie, science politique, esthétique, architecture, ethnographie, etc. - permettront d’enrichir les premiers questionnements.

Parmi les communications proposées, différents axes de recherche pourront être explorés : 

  • le rapport des individus aux territoires et lieux de cirque, la spatialisation des publics, les politiques d’aménagement et d’équipement propres au cirque,
  • la question des inégalités territoriales dans le domaine du cirque ;
  • les formes de mobilité(s) et les circulations entre espaces/lieux de cirque à différentes échelles (locale, nationale, internationale) ;
  • les modes de conception, construction, appropriation, mise en questionnement et plus largement les usages des espaces de jeu et lieux de cirque, ainsi que leurs évolutions ; 
  • la mémoire et les archives des lieux de cirque ; les traces sensibles et matérielles des activités des lieux de cirque (spectacles, accueil des publics, etc.) ; documentation de l’histoire du cirque en lien avec les territoires. 
  • les rapports entre espaces / territoires, les modes et normes de production du cirque ; 
  • les espaces de socialisation du cirque, les types de sociabilité et rapports sociaux qui se développent au sein de lieux de cirque et/ou en lien avec les habitants des territoires ;
  • les représentations du territoire dans les formes artistiques créées ; les formes in situ et participatives ; la relation aux autres arts. 

Les propositions de communication, qui ne dépasseront pas 500 mots,  sont à adressées à : recherche.cirque.asso@gmail.com

Avant le 2 septembre 2019


Le Collectif de Chercheur.e.s sur le Cirque a pour objectif de réunir tout.e chercheur.e, français.e ou d’une autre nationalité, mobilisé.e autour d’un projet d’études scientifiques sur le cirque,  quel que soit son statut.

Le CCCirque est un espace d’échanges, un lieu de soutien et de visibilité donnée à la recherche sur le cirque. Il est à l’origine de journées d’études, de travaux collaboratifs, de rapports d’études, de présentations publiques ou encore de projets d’édition. Son orientation se veut pluridisciplinaire (sciences humaines et sociales, sciences de la vie). 

Il s’adresse avant tout aux chercheur.e.s mais aussi à tous ceux (personne physique ou morale) qui souhaitent soutenir la recherche scientifique sur le cirque.