Vous êtes ici

Nous nous souvenons

"Être là où l’on ne sait pas où l’on est : c'est l’un des lieux les plus précieux que l’improvisation nous donne d’habiter. C’est un lieu qui offre infiniment plus de directions qu’aucun autre lieu au monde. J’appelle ce lieu : le vide... Se trouver dans un vide, c’est comme être au beau milieu d’une chute avant de toucher le sol. Tu es suspendue—dans le temps et dans l’espace—et tu ne sais pas vraiment combien de temps cela te prendra pour « revenir ». Et puis, quand finalement tu reviens, personne ne s’est vraiment aperçu que tu étais partie." (Nancy Stark Smith, "Taking No For An Answer", Contact Quarterly, vol. 12#2, Spring/Summer 1987). Le 1er mai 2020, Nancy Stark Smith est décédée des suites d'un cancer. Nancy était danseuse, improvisatrice, éditrice et écrivaine : l'une des principales instigatrices du Contact Improvisation, elle était une bougeuse unique, compacte, onduleuse, terrienne, fluide et explosive à la fois, immanquable avec sa longue tresse légendaire qui virevoltait avec elle dans les airs.

Depuis les débuts du Contact Improvisation en 1972 jusqu'à sa mort, elle a parcouru le monde, enseigné et performé l'improvisation avec de nombreux partenaires tels que Steve Paxton, Karen Nelson, Daniel Lepkoff, Christie Svane, Ray Chung, Andrew Harwood, et bien d'autres. Elle a contribué à l'organisation de communautés d'improvisateur.ice.s sur tous les continents (sauf en Antarctique, comme elle aimait à le dire) et depuis vingt ans, elle enseignait régulièrement avec son partenaire, le musicien-improvisateur Mike Vargas. Dans les années 1990, elle avait développé l'Underscore, une pratique inspirée du Contact Improvisation qui circule à présent dans de nombreux pays, notamment à l'occasion d'un événement annuel, le Global Underscore, qui se produit simultanément dans de près de soixante-dix villes au solstice d'été.

Tout au long de sa vie, Nancy a ouvert des espaces pour permettre aux danseur.euse.s de penser/écrire leurs pratiques. En 1975, elle a notamment fondé la Contact Newsletter qui est ensuite devenue le Contact Quarterly, un magazine pour les danseur.euse.s et les praticien.ne.s somatiques, qu'elle a co-édité avec Lisa Nelson pendant 45 ans. CQ était un espace unique dans le monde de l'édition en danse, où l'on pouvait écrire sur la danse depuis la danse, et où des centaines se sont essayées à penser les potentiels politiques, artistiques et somatiques du mouvement. Ecrivaine méticuleuse, il y a notamment contribué plus d'une centaine d'éditoriaux qui, réunis, forment une collection de joyaux poétiques qui ouvrent une myriade de petites fenêtres sur une vie faite de danses et de rencontres, et pleine de soin et d'attention aux autres.

Faiseuse de liens, créatrice de communautés, force de vie, Nancy était une penseuse-en-mouvement unique et sa disparition nous touche, nombreux.ses, dans le monde de la danse.

Romain Bigé & Caterina Mocciola

 

NSS, Moscow, 2010 photo © Alfiya Rakhmanova

NSS, Moscow, 2010 photo © Alfiya Rakhmanova